Nostalgie Martinique Guadeloupe et Guyane | NostalgieDom.fr
Actualités
sorties, concerts, concours ...


Chimène Badi

Chimène Badi l’a voulu très personnel dans le fond et résolument soul formellement : « Parce qu’il me manquait pour la scène des chansons au rythme soutenu, des morceaux plus physiques tout en préservant l’âme des textes », explique-t-elle. Son troisième album studio ¿ après Entre nous (2003) et Dis-moi que tu m’aimes (2005), porte bien son titre :
Le Miroir lui ressemble trait pour trait. Les nombreux auteurs et compositeurs à l’origine de ces quatorze nouvelles chansons se sont mis dans sa tête et dans sa peau pour raconter ses expériences, exprimer ses émotions et traduire ses indignations.

Dans "Le Miroir", la chanson-titre de cet album, elle confesse : « Il faut du temps pour apercevoir / Une amie dans le miroir ». Cette amie-là, qui n’est autre que son propre reflet, est d’abord une jeune femme de 24 ans consciente et fière d’être « La gardienne du c¿ur de ses aînés ».

Féministe tendre, elle chante au nom de toutes les femmes : femmes abandonnées ("Tu me manques déjà", "Malgré tout"), femmes trahies ("Une femme à qui l’on ment", "Face"), femmes amoureuses ("100 ans si tu m’aimes", "Mots à mots")... Nous sommes "Toutes les mêmes", conclut-elle.

On se souvient de Barbara chantant "Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous", à son public. Il en va ainsi aussi pour Chimène Badi. Pour ces foules fidèles et sentimentales partout présentes là où elle se produit, elle interprétait hier "Entre nous, c’est l’amour". A présent, elle revient en leur susurrant : "Vous êtes en bas ce qui brille de là-haut / Mon courage, mon sourire, toute ma vie" ("Tellement beau").

Le Miroir reflète aussi son époque qu’elle observe parfois avec effroi et dont la violence ordinaire l’effraye, elle qui a si souvent chanté au profit de causes humanitaires. "Pourquoi le monde a peur ?" questionne t-elle et d’enchaîner sur "Le chant des hommes" en duo avec Michel Sardou, auquel elle avait emprunté avec succès "Je viens du Sud".

Le Miroir a été enregistré entre Paris et Los Angeles sous la houlette de Guy Roche. « Il m’a poussé à aller chercher dans ma voix des graves et des aigus que je n’avais pas exploité jusqu’à présent, raconte Chimène Badi. Il m’a appris l’art de la nuance qui consiste à utiliser avec toujours plus de finesse. C’est lui qui m’a poussé à faire les ch¿urs et les tierces. »

Guy Roche que Chimène Badi retrouve pour enregistrer des versions anglaises de quelques-unes de ses chansons. La fille du Sud est promise à aller toujours plus loin.




Partager