Nostalgie Martinique Guadeloupe et Guyane | NostalgieDom.fr
Actualités
sorties, concerts, concours ...


Jimmy Cliff

James Chambers est né en 1948 à Somertown, un petit village de la paroisse de St James, au Nord-Ouest de la Jamaïque. Le jour de sa naissance, un cyclone fait rage, présageant du destin houleux de celui que le monde connaîtra sous le nom de Jimmy Cliff. Elevé avec son frère aîné par le père tailleur et cultivateur (la mère a quitté le foyer), Jimmy décide dès l’âge de six ans qu’il sera chanteur. A treize ans il part à la capitale, fait un bref séjour au collège technique de Kingston, puis part tenter sa chance dans les studios. Décidé, engageant, l’adolescent convainc un commerçant chinois de lui produire un disque : pour Leslie Kong, c’est le début d’une fructueuse carrière de producteur.

Après quelques 45 tours ("Miss Jamaica", "Hurricane Hattie" qui est le N ? 1 des hit parades en 1962), Jimmy a l’occasion de présenter à Kong un autre adolescent promu à une grande carrière : Bob Marley.
En 1964, à seize ans, Cliff est choisi pour représenter la Jamaïque à la foire de New York en compagnie de Minnie Small et de Byron Lee. Il sera le premier artiste reggae signé sur le label de Chris Blackwell, Island Records.
En 68, le metteur en scène Perry Henzell choisit Jimmy pour le premier rôle du film qu’il s’apprête à tourner, The Harder They Come, dont la bande-son va faire exploser le reggae dans le grand public. Mais à la sortie du film, en 72, Jimmy décline le place d’ambassadeur rasta que lui offre le film : il est devenu musulman.
Les années 70 le verront en tournée en Europe, en Afrique et surtout au Brésil, sa deuxième patrie, où son tube "Wonderful World Beautiful People" installe le reggae dans les moeurs locales.
Dans les années 80 une chanson d’un genre bâtard, "Reggae Night", parvient pour la première fois à toucher le public afro-américain, que Marley s’efforçait en vain de pénétrer. Ce goût pour l’ouverture, qui lui a fait étudier chaque religion sans pour autant rejoindre aucune église et tenter toutes sortes de collaborations musicales, reste le trait dominant de sa personnalité et de sa carrière.
En 1994, après avoir tenté sa chance avec plusieurs maisons de disques, Cliff est retourné dans le giron d’Island Records pour l’album Higher and Higher.




Partager