Accueil > Actualités > News > Cameron Diaz, célébrité la plus dangereuse du Net

Actualités 

News


Partager


Cameron Diaz, célébrité la plus dangereuse du Net

L’actrice américaine Cameron Diaz est la célébrité la plus dangereuse sur Internet, juste devant une autre star hollywoodienne, Julia Roberts, selon le dernier classement annuel établi par l’éditeur d’anti-virus McAfee.
McAfee publie son quatrième rapport annuel sur les célébrités qui représentent le plus de risque sur Internet. Concrètement, ce classement se base sur les stars les plus employées par les pirates informatiques pour diriger les internautes vers des sites piégés, infestés de virus et de logiciels malveillants.
En 2010, c’est donc le nom de Cameron Diaz qui sert d’appât aux pirates.
L’actrice, qui partage actuellement l’affiche de Night and Day avec Tom Cruise, représente même un risque élevé sur le Web. Selon McAfee, un internaute qui fait une recherche sur Cameron Diaz a une chance sur dix d’atterrir sur un site piégé, qui permettra aux pirates de prendre le contrôle de son ordinateur et d’accéder à des données privées (compte bancaire, adresse, etc.). Ce taux s’élève à 19% si la recherche porte spécifiquement sur les économiseurs d’écran représentant Cameron Diaz.
Julia Roberts arrive en deuxième position avec un risque de 9%, et de 20% s’il s’agit d’une recherche d’images ou de fonds d’écran de l’actrice. Jessica Biel, première en 2009, est troisième. Suivent le top model Gisele Bündchen et Brad Pitt. Il faut également se méfier des noms Jennifer Love Hewitt, Nicole Kidman, et Penelope Cruz, qui font également partie du top 10.
Le président américain Barack Obama et son adversaire républicaine Sarah Palin ne représentent pas un vrai danger sur la Toile (classés respectivement 49e et 50e), de même que le chanteur Justin Bieber, l’icône des adolescentes, qui n’arrive qu’en 46e position.
Les sportifs les plus dangereux sur le Net sont des stars du tennis, à savoir Andy Roddick (13e) et Maria Sharapova (14e). David Beckham et Tiger Wood arrivent plus loin (29e et 33e).
"Les cybercriminels s’intéressent aux mêmes sujets tendances que le public, et ils s’en servent pour tendre des pièges", explique Dave Marcus, chercheur sécurité chez McAfee.